***
CECI EST L'ANCIEN SITE DU JOURNAL ENSEMBLE.

LISEZ NOS PLUS RÉCENTS ARTICLES SUR LE NOUVEAU SITE: WWW.ENSEMBLE.COOP

Bonne journée!

Entrevue - « Il faut créer un mouvement »

  • strict warning: Declaration of views_handler_argument_many_to_one::init() should be compatible with views_handler_argument::init(&$view, $options) in /var/alternc/html/f/ftm/drupal-6.9/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_argument_many_to_one.inc on line 169.
  • strict warning: Declaration of date_handler_field_multiple::pre_render() should be compatible with content_handler_field_multiple::pre_render($values) in /var/alternc/html/f/ftm/drupal-6.9/sites/all/modules/date/date/date_handler_field_multiple.inc on line 185.
  • strict warning: Declaration of views_handler_field_user_name::init() should be compatible with views_handler_field_user::init(&$view, $data) in /var/alternc/html/f/ftm/drupal-6.9/sites/all/modules/views/modules/user/views_handler_field_user_name.inc on line 61.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_style_default::options() should be compatible with views_object::options() in /var/alternc/html/f/ftm/drupal-6.9/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_style_default.inc on line 24.

«Généralement, les organisations coopératives, mutualistes ne sont pas bien connues. (...) Il faut créer un mouvement.» - Monique F. Leroux, présidente et chef de la direction du Mouvement Desjardins
Photo: Nicolas Falcimaigne
Lévis —

À l'occasion du lancement de l'Année des coopératives, tenu à Lévis le 12 janvier dernier, le journal Ensemble a eu l'occasion d'interroger Monique F. Leroux, présidente et chef de la direction du Mouvement Desjardins. Premier groupe financier coopératif au Canada, sixième dans le monde, avec un actif de plus de 188 milliards de dollars, Desjardins est l'un des plus importants employeurs au Canada avec 43 600 employés. Illustration du leadership mondial exercé par cette coopérative financière québécoise, le Sommet international qu'elle organise à Québec du 8 au 11 octobre 2012 réunira 2 000 participants de partout dans le monde, ainsi que 125 conférenciers de renom. Quelle est sa vision du contexte mondial actuel ?

Nicolas Falcimaigne, journal Ensemble : Mme Leroux, quelles sont les forces du mouvement coopératif face à la crise mondiale ?

Monique F. Leroux, Mouvement Desjardins : L’entreprise coopérative est une entreprise qui n’a pas qu'un objectif de performance financière. Il y a un objectif d'apporter une contribution des bénéfices aux personnes et à la société. La gouvernance démocratique, la participation des gens, même si c'est exigeant, fait en sorte que notre perspective n’est pas simplement de dire : « On doit avoir une contribution économique et financière ». On doit avoir aussi une contribution sociétale.

Il y a beaucoup de travail de recherche actuellement, à travers le monde, sur le rôle des entreprises. Les entreprises ne doivent pas être là uniquement pour faire de la spéculation ou du profit à court terme. Les économistes recherchent un modèle. Et quand on regarde ce qu'on voudrait avoir comme aspiration pour les entreprises, pour les bonnes entreprises, on se rend compte que ces grands éléments se retrouvent dans le modèle coopératif et mutualiste.

Je souhaite qu’en 2012, les coopératives soient mieux connues de l’ensemble de la population. Nos partenaires gouvernementaux et les autorités de réglementation à travers le monde n’ont pas toujours une réglementation adaptée au modèle coopératif. Dans les universités, il y a encore peu de programmes qui permettent d’apprendre comment fonctionne une gouvernance coopérative.

Il faut que cette année internationale des coopératives donne une impulsion à tous les acteurs pour qu’ils retrouvent les bénéfices de l'entreprise coopérative et constatent que, face aux grandes critiques qu'on a souvent pour l'entreprise essentiellement tournée vers le profit, le modèle coopératif apporte cet équilibre.

N.F. : Que pouvons-nous attendre du Sommet international des coopératives qui se déroulera à Québec du 8 au 11 octobre prochain ?

M.F.L. : Le Sommet est essentiellement bâti autour de la participation, la plus large possible, de gens du monde entier provenant des autorités de réglementation, du milieu comptable, des gens tournés vers la coopération, des coopérateurs et des chefs d’entreprises.

Pour le Sommet, Desjardins a commandité deux études auprès d’experts mondiaux qui travaillent généralement avec de grandes entreprises corporatives, Deloitte et McKinsey & Co. On leur a demandé de rencontrer toute une série de coopératives petites, moyennes et grandes, à travers le monde.

Ils étudieront les différents modèles de développement et de croissance qui gardent leur nature locale et régionale. Il s’agira de voir aussi comment bénéficier des ouvertures qu’offre le monde global maintenant et quelles en sont les contraintes.

N.F. : Comment l’identité coopérative de Desjardins peut protéger l’entreprise d’une crise financière ?

M.F.L. : De façon générale, les coopératives financières ont mieux traversé les tempêtes de 2008 et de 2011 que d'autres entreprises cotées sur les marchés. C’est un premier constat, et un des points importants. C'est l'ancrage local, l'ancrage régional, à l'intérieur d'une approche de mouvement où on se donne des mécanismes, qui nous permettent d'avoir une solidité financière. Si on veut continuer d’être pertinents sur le plan local et régional, il faut être capable d’intervenir dans les marchés financiers plus globaux. C'est ça la force du modèle coopératif, et c'est dans notre ADN, c'est dans notre mission, c'est dans notre modèle de caisse.

En réalité, une des grandes discussions que nous avons en ce moment et qui est extrêmement stimulante, c’est : « De quelle façon on s’adapte ? Comment garde-t-on la nature de ce que nous sommes, un ancrage local, régional et un rôle d'intervenant mondial, en adaptant nos moyens à l’échelle mondiale ? »

N.F. : Quelle est la principale barrière au développement des coopératives actuellement ?

M.F.L. : Un des éléments, c'est la capitalisation des coopératives. Quand on parle de développement, on a en tête le développement local, régional, mais aussi tourné vers l’international. Et qui dit développement, dit investissement. À ce moment-là, les mécaniques financières doivent être adaptées au monde coopératif. Chez Desjardins, on fait beaucoup d’innovations à ce sujet là.

Le modèle coopératif est peu connu. Si on fait des études en administration, on a beaucoup de référentiels sur tout ce qui touche le management ou la finance des entreprises corporatives en bourse. Mais chercher de l’information pertinente sur le management ou la gestion financière d’une coopérative est beaucoup plus difficile. Ce n’est pas un thème qui a été beaucoup étudié.

Desjardins, avec plusieurs partenaires, entend créer en 2012 un référentiel publié et permanent. Une entreprise coopérative est aussi importante que n’importe quelle entreprise cotée en bourse.

N.F. : Ce manque de visibilité s’explique-t-il par un problème de crédibilité ?

M.F.L. : Non, je dirai que c’est un problème d’humilité. Généralement, les organisations coopératives, mutualistes ne sont pas bien connues. Elles ne font pas les manchettes des journaux, ni d’annonces tous les trimestres. Ce n'est pas leur modèle d'affaires. Ce sont des entreprises qui sont très connues de leur communauté, connues de leurs membres, alors que le monde corporatif de société publique a dominé toutes les discussions sur le plan réglementaire. Il faut créer un mouvement.

N.F. : Est-ce difficile pour les coopératives de trouver du financement pour se développer ?

M.F.L. : Ce n’est pas qu'une question de pouvoir accéder à des capitaux. Les entreprises corporatives ont les moyens d’émettre des actions dans le public et par les mécanismes des bourses, d’accumuler une capitalisation boursière importante.

Le modèle coopératif n’est pas basé sur cette logique. Aussi, il faut développer de nouveaux outils de capitalisation en respectant le principe coopératif d'un membre, un vote. Car dans une coopérative, ce n’est pas la détention du capital qui domine la prise de décision.

La question est de savoir comment garder nos principes coopératifs tout en se donnant des outils de capitalisation qui vont permettre de soutenir le développement des coopératives.

Toutes les entreprises coopératives d’une certaine taille font face à ce genre de réflexion. Et il n’y a pas de forum international où on partage ces innovations. L’idée du Sommet, c’est de créer un référentiel et un réseau systématique de partage des meilleures pratiques pour développer ce grand secteur.

N.F. : Est-ce qu'il est nécessaire de faire des changements législatifs ?

M.F.L. : Une fois les législateurs et les gouvernements plus conscients de la contribution des coopératives, tant au niveau humain qu'économique, ils pourront adapter certains mécanismes. Mais, il faut d’abord qu’on s’engage et que l’on développe à toutes fins pratiques ce réseau d’entraide mondial puisque la réglementation est de plus en plus mondiale.

N.F. : Justement, au niveau mondial, là où l’État ne réussit plus à baliser l’économie de marché, le mouvement coopératif, qui représente un milliard d’êtres humains, peut-il le faire ?

M.F.L. : Vous touchez un point qui est pour moi une autre conviction qu’on espère réaliser avec le Sommet. Je suis d’avis que le monde ne peut pas être uniquement un monde corporatif.

On a besoin d’avoir au moins trois grands pôles : le monde corporatif, capitaliste, balisé par une réglementation qui est là pour éviter des excès ; un secteur public et gouvernemental solide et performant ; ainsi qu'une troisième voie d'équilibre : le modèle coopératif et mutualiste.

Ce modèle est un peu à la croisée des chemins entre le secteur public et le capitalisme. Il apporte cet équilibre d'une entreprise qui est performante mais qui a le souci des personnes. La troisième voie de cette économie plurielle devient un impératif très important.

J’espère que le Sommet et l’année 2012 vont nous aider à donner toutes ses lettres de noblesse à cette troisième voie, qui comprend l'économie sociale.

---
Avec la collaboration de Anne-Laure Jeanson

1495 mots

Commentaires

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage.