***
CECI EST L'ANCIEN SITE DU JOURNAL ENSEMBLE.

LISEZ NOS PLUS RÉCENTS ARTICLES SUR LE NOUVEAU SITE: WWW.ENSEMBLE.COOP

Bonne journée!

Éditorial - Reprendre le pouvoir

  • strict warning: Declaration of views_handler_argument_many_to_one::init() should be compatible with views_handler_argument::init(&$view, $options) in /var/alternc/html/f/ftm/drupal-6.9/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_argument_many_to_one.inc on line 169.
  • strict warning: Declaration of date_handler_field_multiple::pre_render() should be compatible with content_handler_field_multiple::pre_render($values) in /var/alternc/html/f/ftm/drupal-6.9/sites/all/modules/date/date/date_handler_field_multiple.inc on line 185.
  • strict warning: Declaration of views_handler_field_user_name::init() should be compatible with views_handler_field_user::init(&$view, $data) in /var/alternc/html/f/ftm/drupal-6.9/sites/all/modules/views/modules/user/views_handler_field_user_name.inc on line 61.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_style_default::options() should be compatible with views_object::options() in /var/alternc/html/f/ftm/drupal-6.9/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_style_default.inc on line 24.

Comment faire en sorte que le Printemps québécois ne soit pas capturé par la politique partisane, au seul profit de la prise du pouvoir par une formation politique?
Photos: Nicolas Falcimaigne
Trois-Pistoles —

Il est impossible de gagner une élection au Québec sans avoir le soutien d'un grand groupe de presse. C'est ce qu'affirmait l'ancien président du Conseil de presse du Québec, Raymond Corriveau*, à l'émission Enquête diffusée le 3 novembre dernier à Radio-Canada. La conduite de l'État serait entre les mains de groupes financiers qui échappent au contrôle des citoyens, pensent plusieurs analystes dont notamment le journaliste et essayiste Hervé Kempf, la vitrine d'un système oligarchique contrôlé par quelques uns au profit d'une minorité.

À l'occasion du Printemps québécois, et au premier chef de la plus longue grève étudiante de l'histoire récente du Québec, la collusion entre les grands groupes de presse et le pouvoir s'est illustrée à plusieurs reprises. Elle a permis au gouvernement Charest de fixer l'attention des citoyens sur la grève étudiante, un sujet qui le fait progresser dans les sondages. La couverture sélective des épisodes violents de la grève, en plus de détourner l'attention du débat fondamental sur les frais de scolarité, a permis d'éclipser encore plus totalement les controverses qui mettent le gouvernement dans l'embarras: Plan Nord, gaz de schiste, exploitation pétrolière dans le golfe du Saint-Laurent, exploitation de l'uranium, réfection de la centrale nucléaire de Gentilly 2, enquête sur l'industrie de la construction et la corruption.

Dès que le conflit étudiant sera réglé, tous ces sujets reviendront sur la table et pourraient menacer la réélection du Parti libéral. L'opposition, qu'elle prenne la forme d'un parti ou d'une coalition, est prête à livrer la bataille et à reprendre le pouvoir. Si elle le fait, elle devra pouvoir compter sur l'appui d'au moins un grand groupe de presse et de plusieurs autres commanditaires. Une fois au pouvoir, elle devra rendre des comptes à ces généreux partenaires.

Ainsi va le jeu de l'alternance, et il pourrait bien emporter avec lui les espoirs du Printemps québécois, portés le 22 avril par 300 000 manifestants. Comment faire en sorte que le Printemps québécois ne soit pas capturé par la politique partisane, au seul profit de la prise du pouvoir par une formation politique? Comment faire en sorte que cette deuxième révolution tranquille apporte non pas seulement un changement de gouvernement, comme la première, mais bien un véritable changement de régime politique?

Au cours de la dernière année, notre équipe a porté un intérêt particulier au dossier de la réforme démocratique. Il se dégage de cette couverture que la seule façon de ne pas reconduire les dynamiques du passé est de créer une véritable constitution, une loi fondamentale qui régit toutes les décisions des élus et qui relève directement des citoyens. Cette constitution ne devra pas être construite par un parti politique, ni par l'Assemblée nationale, car les élus sont en conflit d'intérêt sur cette question.

La suite logique du Printemps québécois, qui lui donnera toute sa portée, c'est donc la convocation d'une Assemblée constituante qui élaborera le nouveau système démocratique du Québec par la rédaction d'une constitution. Il est grand temps que le Québec remplace ses institutions médiévales, coloniales et anglo-saxonnes par une constitution moderne à son image, qui pourra inspirer les autres peuples du monde.

Cette constitution devra prévoir une séparation des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire. Elle devra aussi enchâsser le droit d'accès à l'information et le financement de la presse indépendante, de façon à protéger ce quatrième pilier de la démocratie des trois autres. L'ensemble de ces nouvelles institutions devra enfin être mis à l'abri de l'influence du pouvoir financier.

-------------
*Raymond Corriveau est co-président d'honneur de la Coopérative de journalisme indépendant, éditeur du journal Ensemble.

657 mots

Commentaires

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage.