***
CECI EST L'ANCIEN SITE DU JOURNAL ENSEMBLE.

LISEZ NOS PLUS RÉCENTS ARTICLES SUR LE NOUVEAU SITE: WWW.ENSEMBLE.COOP

Bonne journée!

Éditorial

Le train de la mort roule encore

  • strict warning: Declaration of views_handler_argument_many_to_one::init() should be compatible with views_handler_argument::init(&$view, $options) in /var/alternc/html/f/ftm/drupal-6.9/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_argument_many_to_one.inc on line 169.
  • strict warning: Declaration of date_handler_field_multiple::pre_render() should be compatible with content_handler_field_multiple::pre_render($values) in /var/alternc/html/f/ftm/drupal-6.9/sites/all/modules/date/date/date_handler_field_multiple.inc on line 185.
  • strict warning: Declaration of views_handler_field_user_name::init() should be compatible with views_handler_field_user::init(&$view, $data) in /var/alternc/html/f/ftm/drupal-6.9/sites/all/modules/views/modules/user/views_handler_field_user_name.inc on line 61.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_style_default::options() should be compatible with views_object::options() in /var/alternc/html/f/ftm/drupal-6.9/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_style_default.inc on line 0.

Exploiter le pétrole au Québec, comme c'est l'intention de notre gouvernement, équivaut à desserrer les freins d'un train fantôme rempli d'explosifs qui ira bientôt dérailler et dévaster nos milieux de vie.
Photo: Arij Riahi, à Fort McMurray, Alberta
Trois-Pistoles —

Solidarité, compassion, incompréhension, sensationnalisme, indignation, blâme, déni, capital politique. Le drame qui a dévasté Lac-Mégantic samedi ne laisse personne indifférent. Certains poussent l'indécence jusqu'à récupérer la tragédie et en faire un argument en faveur des projets de pipeline! Mais le problème n'est pas le moyen de transport. La réalité, c'est que samedi, au Québec, pendant que nous dormions, le pétrole a tué. Et le train de la mort roule encore.

Le train de la Montreal, Maine and Atlantic Railway (MMA), laissé sans surveillance, a connu une défaillance de son système de freins. Les 73 wagons ont dévalé la pente le menant à Lac-Mégantic, où le lourd chargement de pétrole a déraillé et explosé au milieu du centre-ville, causant la mort de dizaines de personnes, pudiquement désignées comme «disparues». Et une nappe d'hydrocarbures a revêtu la rivière Chaudière.

Réparer d'une main, détruire de l'autre

On aura filmé les sanglots, les coupables, les conflits et les héros. On aura placoté de milliers de détails: freins manuels, protocole d'intervention, état de la voie ferrée, modèle de citerne, quarts de travail, impact sur les piscines, etc. On nous parlera de resserrer la sécurité, alors que le volume de pétrole transporté par train s'est multiplié depuis 5 ans au Canada sans changement règlementaire. On imposera de meilleurs wagons et la surveillance des trains. On arrêtera de présumés écoterroristes. On réparera la voie ou on la fera passer ailleurs. On reconstruira un centre-ville tout neuf. On arrêtera la marée noire avant qu'elle atteigne le fleuve.

Et dans le bureau d'à côté, on signera l'autorisation d'exploiter le pétrole sur l'île d'Anticosti, on inaugurera le nouvel oléoduc traversant la banlieue Nord de Montréal, on adoptera les plans de la plateforme pétrolière de Old Harry dans le golfe, et on lancera les travaux d'élargissement de la voie maritime pour le passage des supertankers. Un petit port méthanier avec ça? Cherchez l'erreur.

Le train de la mort roule encore

Le sage montre la Lune et le fou regarde le doigt. Quelles que soient les conclusions de l'enquête sur la responsabilité des personnes impliquées directement, une conclusion s'impose: exploiter le pétrole, alors que des alternatives moins dangereuses existent, est un acte de désinvolture, de déni et de négligence qui, cette fois encore, a causé la mort.

Le minimum de respect pour les victimes et leurs familles impose que nous exigions de notre gouvernement qu'il se tourne résolument vers les sources d'énergies respectueuses de l'environnement et de la sécurité de nos concitoyens. Et cela signifie se détourner catégoriquement de la filière pétrolière.

Exploiter le pétrole au Québec, comme c'est l'intention de notre gouvernement, équivaut à desserrer les freins d'un train fantôme rempli d'explosifs qui ira bientôt dérailler et dévaster nos milieux de vie.

Tourner le dos au lobby du pétrole

Qu'on laisse une bonne fois pour toutes sous terre les combustibles fossiles, ces «ressources» qui n'en sont pas: ils sont le carbone patiemment séquestré dans le sol par la vie et la mort des êtres vivants sur la terre pendant des millions d'années, ce qui a rendu l'air et le climat de notre planète propice à la vie humaine. Les exploiter revient à détricoter notre propre chandail. Ce sont des produits qui nous sont toxiques et dangereux. Ils sont une source d'énergie désuète et un obstacle au développement d'une économie durable.

Le Québec est l'un des rares endroits au monde qui puisse s'affranchir relativement rapidement du pétrole. Nous avons déjà une longueur d'avance. Il faut maintenant se tenir debout face au lobby pétrolier, lui tourner le dos et franchir les pas qui restent vers un mode de vie plus sain et sécuritaire.

Notre gouvernement doit investir massivement dans le développement d'énergies saines, au lieu de subventionner et de cautionner le jeu de poker d'une poignée d'apprentis-sorciers dollaromanes prêts à dévaster nos villes et nos campagnes, notre eau potable et celle des légumes, des animaux et des poissons qu'on mange, pour trouver moins de pétrole que prévu, en renverser presque autant, en tirer le profit, l'encaisser dans leurs paradis fiscaux et nous refiler la facture des dégâts.

C'est une question de respect, de dignité, d'intelligence.

Parce que nous valons mieux que ça.

Nos morts valent mieux que ça.

Pleurons nos victimes, mais ne laissons pas fuir l'agresseur.

Arrêtons la fuite du pétrole.

797 mots

Commentaires

La situation québécoise...

Le Québec pourrait rapidement être exemplaire. Vu nos actifs, nos ressources, nos gens, nous avons la capacité de prendre rapidement une nouvelle tangente énergétique. Si nous abandonnions nos moteurs à essence et laissions de côté nos projets de cimenterie, d'oléoducs et d'usine de fertilisant chimique, il deviendrait relativement aisé d'être exemplaire sur le plan des énergies fossiles. Nous aimons parfois nous dire tricotés serrés et nous avons raison de le croire car lors d'un événement artistique, d'une journée électorale, nous sommes capables de nous mobiliser et de nous rassembler. Si nous échouons ici, que penser des chances que cela réussisse ailleurs?... J'aime croire qu'il s'agisse "d'une question de respect, de dignité, d'intelligence."

Marc Brullemans, Trois-Rivières

une question comme cela,

une question comme cela, c'est bien beau devenir vert mais, les avions petits gros moyens vont fonctionner à quoi ? La technologie n'est pas encore assez poussé pour dire que nous changeons complètement de cap. Les matériaux (plastique, pneu et dérivés) comment allons nous tout remplacer ? Ce changement de direction pour être plus écologique est bien beau mais à mon humble avis nous ne sommes pas encore prêt à faire le grand saut.

Nous avons encore besoin du pétrole mais nous devons d'avantage faire d'efforts pour changer de cap a mon avis il faut arrêter de se cacher la tête et commencer a regarder la réalité en face nous avons encore besoin du pétrole pour plusieurs années alors faisons en sorte de bien contrôler cette ressource et arrêter de faire les cons.

Quelques réponses...

Les alternatives existent.

Elles ont été mises de côté pendant le XXe siècle par l'abondance de pétrole, et par l'agressivité de son lobby.

Plastique, textiles et béton: chanvre (lire notre article)
Transport: électricité (lire notre dossier sur le monorail)
Combustibles: biométhanisation des déchets (Suède)

Mais surtout, deux actions sont possible immédiatement:

- Mettre une croix sur l'exploitation du pétrole au Québec, ainsi que sur les projets d'oléoducs
- Investir dans l'économie d'énergie et le développement des alternatives

On ne parle pas de s'en passer du jour au lendemain, mais simplement de mettre le cap sur une économie sans pétrole, ce qui ne peut être fait en même temps qu'on fait des plans pour l'exploiter ici.

Voici quelques références supplémentaires:

Notre dossier sur la Transition
http://www.journalensemble.coop/article/2013/06/vous-nexistez-pas/384
http://www.youtube.com/watch?v=s3HPdO3rnIA

Bonne lecture,

Nicolas Falcimaigne

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage.

Article