***
CECI EST L'ANCIEN SITE DU JOURNAL ENSEMBLE.

LISEZ NOS PLUS RÉCENTS ARTICLES SUR LE NOUVEAU SITE: WWW.ENSEMBLE.COOP

Bonne journée!

Projet Oléoduc Énergie Est de TransCanada

Vers un Québec pétrolier? [vidéo] - 1/4

  • strict warning: Declaration of views_handler_argument_many_to_one::init() should be compatible with views_handler_argument::init(&$view, $options) in /var/alternc/html/f/ftm/drupal-6.9/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_argument_many_to_one.inc on line 169.
  • strict warning: Declaration of date_handler_field_multiple::pre_render() should be compatible with content_handler_field_multiple::pre_render($values) in /var/alternc/html/f/ftm/drupal-6.9/sites/all/modules/date/date/date_handler_field_multiple.inc on line 185.
  • strict warning: Declaration of views_handler_field_user_name::init() should be compatible with views_handler_field_user::init(&$view, $data) in /var/alternc/html/f/ftm/drupal-6.9/sites/all/modules/views/modules/user/views_handler_field_user_name.inc on line 61.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_style_default::options() should be compatible with views_object::options() in /var/alternc/html/f/ftm/drupal-6.9/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_style_default.inc on line 24.

«Historiquement, les prix du pétrole dans l'Ouest sont plus bas que les prix sur le marché mondial: 20 à 30$ de différence pour chaque baril, explique Steven Guilbault, directeur principal chez Équiterre. Or, ce que les compagnies veulent, c'est 20 à 30$ de plus pour chaque baril de pétrole.»
Photo: Nicolas Falcimaigne
Témiscouata-sur-le-Lac —

«L'objectif des compagnies est clair: c'est qu'elles puissent exporter ce pétrole-là, pour qu'elles puissent faire plus d'argent, mais ce n'est pas pour le bénéfice de la population du Québec, ce n'est pas pour qu'on paie notre essence moins cher, ce n'est certainement pas pour créer des emplois ici.» En quelques mots, Steven Guilbault, directeur principal chez Équiterre, a voulu déboulonner le discours officiel tenu par le gouvernement et par les compagnies, concernant le projet d'oléoduc Énergie Est de TransCanada, devant transporter le pétrole lourd des sables bitumineux albertains à travers le Québec. Après l'annonce de ce projet, en août, trois rencontres publiques d'information ont été organisées par des citoyen-ne-s de la région, qui ont invité Équiterre et l'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA) à répondre aux questions de la population de l'Islet, de Mont-Carmel et de Témiscouata-sur-le-Lac. Dans ces régions qui sont sur le tracé prévu, l'inquiétude est palpable. — Premier de quatre articles parus du 10 au 13 septembre (lire le 2e, le 3e et le 4e).

Ce sont plusieurs centaines de personnes qui se sont déplacées aux trois rencontres pour obtenir des réponses ou exprimer leurs préoccupations sur ce projet, dont plusieurs maires de municipalités se situant sur l'itinéraire projeté. Leur préoccupation principale est la protection de leur population. «Dans la foulée de ce qui s'est passé au Lac-Mégantic, il faut rappeler que le passage d'un oléoduc ne réduira pas le nombre de wagons de chemin de fer sur les rails, donc ne réduira pas le danger, explique Gervais Daris, maire de Saint-André-de-Kamouraska. Nous, on a déjà un chemin de fer qui passe à Saint-André, dans une zone où il y a une accélération parce que c'est en descendant. Ça nous fait déjà un peu peur. Le jour où il va y avoir un accident avec l'oléoduc, ça va être majeur et ça va venir attaquer nos nappes phréatiques, ça va mettre en danger nos sources d'approvisionnement en eau.»

Steven Guilbault, directeur principal chez Équiterre, résume les enjeux reliés au projet d'oléoduc Énergie Est de TransCanada.
Vidéo: Nicolas Falcimaigne

Autre source d'inquiétude: la rapidité avec laquelle se déploie le projet, dont la mise en opération est prévue pour 2017 selon le site du projet. Le gouvernement n'a pas encore confirmé que le projet passerait par le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE). «Tous nos projets passent par le BAPE, alors pourquoi pas celui-là?», s'interroge André Chouinard, préfet suppléant de la MRC de Témiscouata. Son collègue Claude Lavoie, maire de Dégelis, est du même avis. «On a toujours vécu sans pipeline, rappelle-t-il. Il faut prendre le temps d'aller chercher toutes les précautions possibles. Il faut exiger, par le biais de la Fédération québécoise des municipalités (FQM) ou de l'Union des municipalités du Québec (UMQ), des audiences du BAPE qui vont prendre tout le temps qu'il faudra. Si ça prend dix ans, ça prendra dix ans, et après ça il y aura une décision qui va être beaucoup plus prudente. L'empressement de TransCanada, ça m'énerve.»

Bloquer l'entreprise la plus polluante au monde?

«Je trouve qu'on est un peu complices si on laisse passer cet oléoduc-là, confie Gervais Daris. Complices de la contamination de notre planète et de l'appauvrissement de toute notre collectivité de l'Est du Canada. Parce que pendant que l'Alberta s'enrichit, les communautés de l'Ontario, du Québec et des Maritimes s'appauvrissent. Le seul qui s'enrichit à l'est, c'est K.C. Irving, qui transforme et exporte. Une personne. En termes de jobs au Québec, après la construction, c'est peut-être une job qu'il y aurait entre Québec et Edmundston, pas plus que ça. Ça ne crée pas d'emploi. Tout ce que ça fait, c'est que ça permet à l'Alberta de sortir son pétrole sale.»

Il semble en effet que passer par le Québec soit la dernière possibilité pour assurer un débouché d'exportation à la croissance prévue de l'industrie des sables bitumineux. La Colombie britannique a imposé des conditions si élevées à Enbridge, pour son projet d'oléoduc Northern Gateway visant l'exportation par l'océan Pacifique, que ce projet est actuellement au point mort. Chez nos voisins du Sud, le président Barack Obama a récemment souligné qu'à peine 50 emplois seraient créés par le projet Keystone XL de TransCanada, et semble ne pas vouloir donner à ce projet l'autorisation présidentielle requise. Les deux projets ont soulevé d'intenses mouvements d'opposition. Quant à passer par l'Arctique, ce serait encore trop complexe et coûteux.

«On produit 1,6 millions de barils par jour et on veut faire tripler la production d'ici 2030, affirme Steven Guilbault. C'est déjà une catastrophe environnementale. En énergie, il faut brûler l'équivalent d'un demi baril de pétrole pour produire un baril de pétrole dans les sables bitumineux. Quand on fait le bilan de l'ensemble, à la fin de la journée, il n'en reste quand même juste la moitié. Pour chaque baril de pétrole qu'on produit, on a besoin de deux à douze barils d'eau». C'est un volume d'eau quotidien équivalent à la consommation d'une ville comme Montréal qui est ainsi contaminé et accumulé dans de vastes réservoirs que l'on peut voir depuis l'espace.

«Historiquement, les prix du pétrole dans l'Ouest sont plus bas que les prix sur le marché mondial: 20 à 30$ de différence pour chaque baril, explique M. Guilbault. Or, ce que les compagnies veulent, c'est 20 à 30$ de plus pour chaque baril de pétrole.»

L'auteur, agriculteur et militant Roméo Bouchard, présent à la rencontre de fondation du Mouvement Stop-oléoduc Kamouraska, croit que le Québec peut «jouer une grosse carte dans un débat national. On a la chance, parce que c'est quelque chose de très concret, de faire le débat sur le développement, sur la croissance, sur l'avenir de la planète, l'empreinte écologique, etc. Là on a une occasion en or pour étendre ce débat-là dans chaque conseil municipal, dans chaque municipalité, tout le long du pipeline, à la grandeur du Québec.»

Aperçu de la rencontre d'information de Mont-Carmel.
Vidéo: Olivier D. Asselin

--------
Lire la suite
Premier de quatre articles. Lire le troisième et le dernier.

1087 mots

Commentaires

Le mythe du BAPE

Le BAPE sert de bonne conscience au gouvernement pour valider ce qui est déjà décidé. Les citoyens de Chaudière-Appalaches l'ont appris à leurs dépens dans le dossier des mégaparcs éoliens IMPOSÉS en milieux habités, après avoir déposé des centaines de mémoires dont l'encre se dessèche dans les archives du MDDEP (projets l'Érable et Les Moulins). Les gens n'ont droit que de poser des questions, alors que les promoteurs peuvent répondre longuement en enjolivant les impacts minimes et le bien-fondé de leurs projets, faire des ronds de jambe et chromer leur image.
Le gouvernement prend ce qui fait son affaire dans ses conclusions, et légitimise ainsi ses décisions après avoir "consulté" la population. Je n'ai jamais vu de journaliste aller fouiller dans les mémoires pour interpeller ministres ou députés sur ce qui ressort d'une majorité de mémoires. Le mémoire a pour faculté la profondeur de l'oubli.
Jean Bédard
Comité de citoyens
Kinnear's Mills - Territoire occupé

BRAVO À VOUS TOUS !

BRAVO À VOUS TOUS !

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage.