***
CECI EST L'ANCIEN SITE DU JOURNAL ENSEMBLE.

LISEZ NOS PLUS RÉCENTS ARTICLES SUR LE NOUVEAU SITE: WWW.ENSEMBLE.COOP

Bonne journée!

Entrevue

Daniel Breton - Monorail coop et élection sur l'énergie [vidéo]

  • strict warning: Declaration of views_handler_argument_many_to_one::init() should be compatible with views_handler_argument::init(&$view, $options) in /var/alternc/html/f/ftm/drupal-6.9/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_argument_many_to_one.inc on line 169.
  • strict warning: Declaration of date_handler_field_multiple::pre_render() should be compatible with content_handler_field_multiple::pre_render($values) in /var/alternc/html/f/ftm/drupal-6.9/sites/all/modules/date/date/date_handler_field_multiple.inc on line 185.
  • strict warning: Declaration of views_handler_field_user_name::init() should be compatible with views_handler_field_user::init(&$view, $data) in /var/alternc/html/f/ftm/drupal-6.9/sites/all/modules/views/modules/user/views_handler_field_user_name.inc on line 61.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_style_default::options() should be compatible with views_object::options() in /var/alternc/html/f/ftm/drupal-6.9/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_style_default.inc on line 24.

Daniel Breton souhaite que la question de l'indépendance énergétique soit un des enjeux principaux de la prochaine élection.
Photo: Nicolas Falcimaigne
Montréal —

Le Plan d'électrification des transports et son enveloppe de 516 millions de $ ont été dévoilés en novembre par le gouvernement Marois. C'est moins d'un an après la nomination de Daniel Breton, député de Sainte-Marie-Saint-Jacques, comme adjoint parlementaire à l'électrification des transports. M. Breton, qui a d'abord été ministre de l'Environnement pendant quelques semaines après l'élection du 4 septembre 2012, a répondu aux questions du journal Ensemble sur les orientations gouvernementales.

Nicolas Falcimaigne, journal Ensemble : M. Breton, quel est le rôle de ce plan dans le déploiement de la vision gouvernementale sur l'indépendance énergétique?

Daniel Breton, député de Sainte-Marie-Saint-Jacques et adjoint parlementaire à l'électrification des transports : L'indépendance énergétique du Québec, la façon dont je la perçois, ça passe par quatre plans. Stratégie énergétique, de Martine [Ouellet, ministre des Ressources naturelles], Plan d'action sur les changements climatiques, d'Yves-François [Blanchet, ministre du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs], Plan québécois de mobilité durable, de Sylvain [Gaudreault, ministre des Transports], et le plan d'électrification des transports.

----------------------------
Chers lecteurs et lectrices, cet article est accompagné d'une autre entrevue vidéo exclusive à nos abonné-e-s, où Daniel Breton retrace son cheminement, de militant à ministre, puis à adjoint parlementaire. Certains articles spécialisés seront aussi exclusifs aux abonné-e-s dans l'avenir. Nous vous invitons à vous abonner ou à faire un don ponctuel et nous vous enverrons cette exclusivité. Bonne lecture!

ou s'abonner pour recevoir le dossier complet du journal Ensemble !

Ça c'est les quatre piliers de l'indépendance énergétique du Québec. Ça veut dire qu'il faut qu'on électrifie les transports, il faut qu'on consomme moins, il faut qu'on soit plus efficaces, qu'il y ait plus de transport collectif, et qu'après ça on ait une stratégie énergétique arrimée autour de ces enjeux-là.

Qu'est-ce que c'est le plan d'électrification des transports? C'est un plan qui a pour but de créer un créneau de développement industriel et d'expertise dans un nouveau champ, qui est l'électrification des transports.

NF : D'ailleurs, c'est le mot emploi qui est le maître mot de ce plan.

DB : Exactement, c'est des emplois d'avenir. Les sociétés les plus avancées du monde, qu'il s'agisse de la Norvège, de la Suède, de l'Allemagne, de la France, du Japon, de la Californie, etc., dans le dossier des nouveaux types de transport, ont tous des incitatifs à l'achat de véhicules électriques, hybrides ou hybrides rechargeables. Tous. Il n'y a aucun pays, dans le monde industrialisé, qui ne donne pas d'appui. En fait, il y en a un. Lequel? Le Canada. Par contre, lui, il subventionne les pétrolières à coups de milliards.

NF : Ce plan prévoit notamment un investissement de 200 millions $ pour l'étude d'un projet de monorail à grande vitesse. Plusieurs personnes s'interrogent sur la forme que prendra ce projet. Une société d'État, parfois, ça peut échapper aux intérêts du bien commun. Vous avez été aux barricades dans le passé pour dénoncer des abus dans le cadre d'Hydro-Québec, etc.

DB : Absolument.

NF : On sait aussi que le modèle privé peut facilement échapper aux mains des Québécois, comme Bombardier qui est maintenant une société par actions. Quelle option privilégiez-vous pour que le monorail reste aux Québécois?

DB : Il y a des gens qui parlent de faire une coopérative, justement, pour le développement du monorail. Moi, je trouve la voie intéressante. Il y a des gens comme Claude Béland, qui s'intéressent à ce projet-là. Il est trop tôt pour dire si ça va aller de l'avant, mais si jamais ça allait de l'avant, je pense que ça pourrait être une solution intéressante.

NF : Comment voyez-vous ça? Une coopérative d'usagers, qui détiendrait le brevet?

DB : Je ne sais pas. Honnêtement, il est trop tôt pour le dire.

NF : Est-ce que c'est un souci que vous avez, que ce projet reste sous contrôle démocratique des Québécois?

DB : À ton avis, pourquoi tu penses que j'ai appelé mon groupe «Maîtres chez-nous 21e siècle»? C'est clair.

NF : Comment expliquez-vous que le gouvernement envisage d'exploiter le pétrole au Québec, en même temps qu'il souhaite réduire la dépendance du Québec au pétrole?

DB : On veut se sortir du pétrole, mais on en a encore besoin. Donc, de façon transitoire, est-ce qu'on va prendre le pétrole d'ailleurs, où est-ce qu'on va prendre le pétrole d'ici? C'est ça le débat. Parce qu'on va continuer à prendre du pétrole.

NF : Il y a des gens qui vont interpréter ce débat-là en disant : est-ce qu'on va laisser les impacts négatifs de l'exploitation ailleurs, ou est-ce qu'on va les importer ici?

DB : Exactement. Mais l'affaire, c'est que même quand tu l'exploites ailleurs, dans le transport tu peux avoir des impacts négatifs ici. Que ce soient les trains, comme on l'a vu avec Lac-Mégantic, que ce soient les pipelines, que ce soient les bateaux, no matter what, le pétrole, c'est de la merde.

Et on est pris avec ça. Pourquoi? Parce que l'économie mondiale est basée sur le pétrole. C'est ça la réalité.

NF : Est-ce qu'il y a une option de tout simplement en importer de moins en moins au fur et à mesure qu'on réussit à en consommer de moins en moins, et que cela permette au Québec de prospérer, peut-être pas autant que si on en exploitait, peut-être pas de devenir riches, mais au moins on ne sera pas pire qu'avant?

DB : Ça, pour moi, ça fait partie du débat. Présentement, le déficit commercial du Québec est dû à l'importation d'hydrocarbures. Quatorze milliards. La balance, elle est là. Ce qu'on fait avec l'électrification des transports, c'est pour diminuer ça autant que faire se peut. Mais si on dit que d'ici trente ans il y a entre dix et quinze milliards qui viennent de l'exploitation pétrolière, issus du pétrole du Québec, ça peut faire partie de l'équation.

Et ça, c'est pas moi qui vais le décider, c'est pas quelques personnes qui vont le décider, c'est au peuple du Québec de décider si on va dans l'exploitation pétrolière. Mais moi j'insiste pour dire: de façon transitoire.

NF : Vous dites que c'est le peuple qui va décider. Est-ce que ça va être soumis au peuple par référendum?

DB : Il y a eu une consultation publique, justement, sur la stratégie énergétique, qui a été présentée par Martine Ouellet. Là, le plan va être présenté. Mais moi, je suis prêt à ce que, à la prochaine élection, ça fasse partie du débat.

NF : Ça serait un enjeu principal de la prochaine élection?

DB : Je veux que ce soit un enjeu important, et l'électrification des transports. Ça, si on perd les élections et qu'on a fait tout ce travail-là... là-dedans, il y a des années et des années de réflexion. Si on a fait tout ce travail-là pour rien, pour recommencer après, on ne sera pas plus avancés.

NF : Une élection référendaire, ce n'est pas un choix entre deux options. Est-ce que, si vous le soumettez au peuple par référendum, par exemple, il pourrait y avoir un choix où on exploite le pétrole, et un choix où on règle la balance commerciale d'une autre façon?

DB : J'espère que les gens vont vouloir qu'on fasse une consultation publique pour dire: est-ce qu'on y va ou on n'y va pas? Mais ce que je peux dire, c'est que moi, comme écologiste, ce que j'ai vu, c'est que la population est favorable à l'exploitation du pétrole au Québec. Tu le sais, ça.

La réalité, c'est que ça ne sera pas facile, d'une manière ou d'une autre.

NF : Quelles sont vos attentes envers le plan de mobilité durable de M. Gaudreault?

DB : Ce à quoi je m'attends de Sylvain, c'est qu'il favorise évidemment le transport collectif, qu'il favorise le financement du transport collectif, qu'il favorise plus de voies réservées. Il a déjà annoncé un doublement du nombre de kilomètres de voies réservées à Montréal. Je ne sais pas si tu as vu ce que le maire de Québec a dit sur les voies réservées... il disait que c'était une mauvaise idée, et qu'on devrait éliminer ça. C'est pas tout le temps évident d'imposer des nouvelles idées, des nouvelles façons de faire. Il y a du monde qui n'est pas encore arrivé au 21e siècle, malheureusement.

NF : Vos attentes envers le plan de M. Blanchet?

DB : Le plan d'action sur les changements climatiques, je pense qu'il y a une partie de la réflexion, du travail, de l'équation, qui va avoir été faite via le Plan québécois de mobilité durable de Sylvain, et via le Plan d'électrification des transports. Donc lui, je pense qu'au niveau industrie, il va avoir un rôle important à jouer, et au niveau de la sensibilisation des citoyens.

NF : Vos attentes envers le plan de Martine Ouellet?

DB : Je m'attends à ce que Martine présente un plan où, justement, elle va offrir différentes options aux Québécois. De là, je pense que, parce que c'est Martine qui m'a dit ça, justement, on va offrir des options aux Québécois. Je m'attends à ce qu'elle leur dise: «On le prend ailleurs? On le prend ici? Qu'est-ce qu'on fait? On le décide ensemble.»

Mais une chose est sûre, là je te parle de pétrole, mais il y a évidemment toute la question de l'efficacité énergétique qui fait partie de sa Stratégie énergétique. Parce qu'on est très inefficace au Québec, que ce soit en matière d'électricité, en matière d'eau, en matière d'énergie, en matière d'hydrocarbures, on est parmi les plus grand consommateurs d'énergie au monde.

Ça, je sais que ça fait partie des piliers de la stratégie énergétique de Martine Ouellet.

1744 mots

Commentaires

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage.