***
CECI EST L'ANCIEN SITE DU JOURNAL ENSEMBLE.

LISEZ NOS PLUS RÉCENTS ARTICLES SUR LE NOUVEAU SITE: WWW.ENSEMBLE.COOP

Bonne journée!

Entrevue - François Bugingo

Ce que vaut le journalisme

  • strict warning: Declaration of views_handler_argument_many_to_one::init() should be compatible with views_handler_argument::init(&$view, $options) in /var/alternc/html/f/ftm/drupal-6.9/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_argument_many_to_one.inc on line 169.
  • strict warning: Declaration of date_handler_field_multiple::pre_render() should be compatible with content_handler_field_multiple::pre_render($values) in /var/alternc/html/f/ftm/drupal-6.9/sites/all/modules/date/date/date_handler_field_multiple.inc on line 185.
  • strict warning: Declaration of views_handler_field_user_name::init() should be compatible with views_handler_field_user::init(&$view, $data) in /var/alternc/html/f/ftm/drupal-6.9/sites/all/modules/views/modules/user/views_handler_field_user_name.inc on line 61.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_style_default::options() should be compatible with views_object::options() in /var/alternc/html/f/ftm/drupal-6.9/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_style_default.inc on line 24.

«L'indépendance de la recherche d'information et du partage d'information, c'est ça le grand défi du XXIe siècle.» - François Bugingo.
Photo: Nicolas Falcimaigne
Montréal —

«Comment ça se fait qu'on paye des fortunes pour des centres de recherche, pour des hommes d'affaires qui vont faire de l'exploration sur le pétrole potentiel au Québec, sur la richesse potentielle des gaz naturels, et qu'on ne paye pas un quart du centième du millième de ça pour ceux qui nous partagent cette information?», s'exclame François Bugingo. Si l'économie de marché semble avoir laissé le journalisme loin derrière, l'enfonçant dans la précarité, le mépris et des conditions de travail misérables, il n'en reste pas moins la pierre angulaire de toute la machine médiatique et un pilier de toute société démocratique. M. Bugingo, journaliste, chroniqueur et animateur spécialisé dans l'information internationale, croit que c'est l'indépendance qui donne sa valeur au travail des journalistes, et qu'ils doivent la faire respecter. Ensemble l'a rencontré dans les bureaux de la radio FM 98,5 Montréal, où il travaille.

«Nous sommes non seulement un poids culturel, mais aussi un poids économique, un poids intellectuel, un poids de sécurisation. Le journaliste est celui qui empêchera ce pays, ce Québec qu'on est en train de bâtir ensemble, de devenir un badland, illustre l'analyste international. À l'heure de la Charte et des projets de développement des hydrocarbures, il explique que «par le partage de la vraie information, de la vraie connaissance et de la vraie démocratie, on comprendra l'autre, le différent, on comprendra celui qui ne nous ressemble pas et on fera en sorte que le vivre ensemble s'organise d'une meilleure manière.»

L'indépendance de l'information

La clé de voûte: l'indépendance du journalisme. «Il ne faut plus associer le journalisme indépendant à la notion de pigisme. Ç'a été une idée qui était prépondérante dans les années 70, 80 et 90. Il y a eu un confort qui s'est établi auprès de certains journalistes associés à de grands médias. Aujourd'hui, il faut revenir à l'idée que le journaliste, par essence, est indépendant, affirme François Bugingo. L'indépendance de la recherche d'information et du partage d'information, c'est ça le grand défi du XXIe siècle.» Cette indépendance est ce qui distingue l'activité journalistique de toutes les autres formes de communication: les journalistes ne sont pas en conflit d'intérêt avec celui du public en regard de l'information transmise. Ou plutôt, ils ne devraient pas l'être, peu importe qui les emploie.

«Le coût de l'information demeure extrêmement bas, surtout quand il affecte le pigiste, celui qui propose l'information à une structure de presse. C'est le plus grand défi sur lequel il faudrait qu'on planche. Quel est le poids? Quel est le coût d'un effort réel, honnête, de recherche d'information?» - François Bugingo.
Vidéo: Nicolas Falcimaigne

«S'il y a une organisation qui devrait représenter la presse et l'avenir de la presse ici au Québec, ça devrait être l'AJIQ, affirme-t-il. Parce que nous devrions être tous, par essence, indépendants. On ne l'a pas encore compris, on n'en est pas encore totalement conscients, mais je pense que la génération qui vient derrière va s'en rendre compte, puisque la permanence n'existera plus, puisque l'idée d'appartenir à un groupe qui vous protège ad vitam æternam ne sera plus la réalité journalistique. Donc, probablement qu'il y a une génération qui vient derrière qui aura l'indépendance inscrite dans son ADN beaucoup plus naturellement que chez les journalistes d'aujourd'hui qui sont affiliés à des grands groupes.»

Le rapport de force est en faveur des grands groupes actuellement, concède-t-il. Comment le renverser? Encore une fois, «c'est en réaffirmant encore plus notre indépendance. Non seulement par rapport au groupe qui nous porte, mais aussi par rapport à l'information et à la connaissance que nous partageons avec nos concitoyens. Tant que nous serons pertinents, essentiels, tant que les citoyens se rendront compte que nous leur apportons quelque chose qui leur permet d'affirmer leur démocratie, nous aurons des partenaires extraordinaires.»

---------------------------
La suite de cet article, ainsi que l'entrevue vidéo intégrale, est réservée aux personnes abonnées (1$ seulement pour la première semaine... abonnez-vous!). Bonne lecture!

Note: l'auteur de cet article est membre du conseil d'administration de l'Association des journalistes indépendants du Québec (AJIQ). Cet article a été réalisée de façon indépendante et libre, et n'engage en rien l'AJIQ.
---------------------------

753 mots

Commentaires

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage.