***
CECI EST L'ANCIEN SITE DU JOURNAL ENSEMBLE.

LISEZ NOS PLUS RÉCENTS ARTICLES SUR LE NOUVEAU SITE: WWW.ENSEMBLE.COOP

Bonne journée!

Oléoduc - TransCanada négocie avec les Premières Nations

Les territoires ancestraux sont-ils à vendre?

  • strict warning: Declaration of views_handler_argument_many_to_one::init() should be compatible with views_handler_argument::init(&$view, $options) in /var/alternc/html/f/ftm/drupal-6.9/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_argument_many_to_one.inc on line 169.
  • strict warning: Declaration of date_handler_field_multiple::pre_render() should be compatible with content_handler_field_multiple::pre_render($values) in /var/alternc/html/f/ftm/drupal-6.9/sites/all/modules/date/date/date_handler_field_multiple.inc on line 185.
  • strict warning: Declaration of views_handler_field_user_name::init() should be compatible with views_handler_field_user::init(&$view, $data) in /var/alternc/html/f/ftm/drupal-6.9/sites/all/modules/views/modules/user/views_handler_field_user_name.inc on line 61.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_style_default::options() should be compatible with views_object::options() in /var/alternc/html/f/ftm/drupal-6.9/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_style_default.inc on line 24.

«Quand c'est le temps de protéger un territoire, de protéger l'environnement, de protéger la vie aquatique, la vie, la faune, etc., de protéger l'héritage de nos enfants, il n'y a pas d'argent.» - Konrad H. Sioui, Grand Chef du conseil de bande Huron-Wendat
Photo: Nicolas Falcimaigne
Wendake —

Il est difficile de savoir ce qu'offre TransCanada aux conseils de bande de plusieurs nations autochtones pour passer l'oléoduc Énergie-Est sur leurs territoires ancestraux. La Première nation malécite de Viger a publiquement admis discuter avec la compagnie albertaine à propos du port de Cacouna. Selon l'organisation Stop Oléoduc de la Capitale-Nationale, il y aurait actuellement des discussions avec le conseil de bande Huron-Wendat de Wendake pour plusieurs centaines de milliers de dollars. Combien vaut le territoire ancestral?

«TransCanada Pipeline, explique Konrad H. Sioui, le Grand Chef du conseil de bande Huron-Wendat, a des négociations avec chacune des communautés ou des nations où passe le projet d'oléoduc. Ils ont engagé une firme autochtone, qui s'appelle Ishkonigan et qui est présidée par l'ancien chef national, Phil Fontaine. Phil, il a comme mandat de rencontrer les nations ou les groupes de communauté où l'oléoduc va passer. On l'a rencontré, bien sûr.»

Prendre sa part du gâteau

À Cacouna aussi, les discussions seraient en cours entre la compagnie albertaine et le conseil de bande. Pour Anne Archambault, Grand Chef de la Première Nation Malécite de Viger, c'est «l'extrême pauvreté» des communautés qui force les conseils de bande à tenter d'obtenir le plus possible de compensations pour des projets qui, selon elle, vont se réaliser de toute façon. Elle juge que dans le passé, les Premières Nations n'ont jamais touché leur juste part des profits tirés de l'exploitation des ressources.

«Oui, on est pour la protection, mais on est aussi pour le développement économique. Si on attend après les ententes de financement [du gouvernement] pour exercer notre droit inhérent à l'autonomie gouvernementale, on n'y parviendra pas.» Ce qu'elle réclame des compagnies comme TransCanada, c'est «qu'ils viennent nous rencontrer, qu'ils nous consultent et qu'ils nous accommodent».

Cette situation a retenu l'attention des groupes citoyens qui s'opposent au projet de TransCanada. C'est pourquoi Stop Oléoduc de la Capitale-Nationale a sonné l'alarme. «Tout en reconnaissant de tout cœur l'autodétermination des peuples autochtones sur leurs terres et territoires, précise la porte-parole Micheline Langlois, nous espérons, pour le bien commun, qu’ils suivront le même chemin entrepris par les Premières Nations de l’Ouest canadien, c'est-à-dire la sauvegarde du territoire ancestral pour les générations futures plutôt que le saccage industriel de leur magnifique territoire en cette ère néolibérale.»

L'Ouest a dit non

Ce sont les Premières Nations de l'Ouest qui ont bloqué le projet d'oléoduc Northern Gateway d'Enbridge. «On sait exactement comment jouer notre jeu», lance Konrad Sioui, conscient de détenir les moyens légaux de bloquer ces projets. Il affirme que les Premières Nations de la Colombie-Britannique ont refusé «des offres extrêmement alléchantes».

Selon le site de la compagnie, Enbridge leur a offert 10% des parts dans ce projet de 6,5 milliards $, ainsi qu'environ 300 millions $ en contrats et emplois, pour un bénéfice «à long terme» estimé à 1 milliard $. Au Québec, les coûts du projet de TransCanada sont estimés à 12 milliards $, soit le double. Est-ce à dire que, même pour plus de 2 milliards $, les Premières Nations du Québec refuseraient de vendre leurs territoires ancestraux?

Négocier, pour l'instant

Konrad Sioui affirme avoir fait un choix stratégique en acceptant de négocier. Plutôt que de bloquer d'emblée le projet, le conseil de bande de Wendake a choisi de «faire valoir au gouvernement fédéral et au gouvernement provincial le fait qu'il y a des dangers réels que l'environnement soit affecté pour toujours», explique-t-il, en soulignant que les compagnies pétrolières «se sont foutues des droits des Premières Nations jusqu'à ce que la Cour suprême les y oblige».

Le chef affirme que les discussions en cours ne portent que sur le financement d'études environnementales qui seraient menées par une firme de la communauté. Il salue l'alliance entre les Premières Nations, les citoyens des régions et les groupes environnementaux pour la protection du golfe du Saint-Laurent, à laquelle il a pris part à Gescapegiag en 2011. «Les Premières Nations ne sont plus seules. Il y a des coalitions arc-en-ciel, qui ont toutes les couleurs, qui viennent de tous les milieux. C'est pas vrai que c'est un paquet de marginaux.»

«Quand c'est le temps de protéger un territoire, de protéger l'environnement, de protéger la vie aquatique, la vie, la faune, etc., de protéger l'héritage de nos enfants, il n'y a pas d'argent, s'enflamme M. Sioui. Les Premières Nations en Colombie-Britannique ont rejeté les 10% en se basant sur ce principe-là. L'argent, ça part en fumée, mais ton territoire, c'est lui qui va te soutenir tout le temps.»

L'ancien Grand Chef de la Nation Huronne-Wendat, Max Gros-Louis, n'est pas de cet avis. «C'est un must, l'oléoduc qui devrait passer, s'il y a de bonnes études de faites pour protéger l'environnement, et s'il y a des travaux à faire, s'ils veulent faire participer les Premières Nations, croit-il. Tout le monde veut en avoir, du gas. Si le monde veut arrêter d'aller tanker à la station de gasoline, on n'en a pas besoin, mais je pense que les gens n'arrêteront pas d'acheter de l'essence pour voyager. Je pense qu'il va falloir le faire mais en faisant bien attention.» Il se dit favorable à des compensations en services, pour améliorer les conditions de vie de la communauté.

A-t-il été consulté comme citoyen? «Absolument pas, dénonce-t-il. La population ici n'est pas au courant. On dirait que c'est secret, cette affaire-là.» L'ancien Grand Chef appelle à une consultation populaire: «il faut négocier d'une manière ou d'une autre, et il faut faire participer la population, bien entendu.»

Aucun risque n'est acceptable

«C'est sûr qu'on a besoin d'argent pour mettre du gas dans l'char et faire nos affaires, admet Konrad Sioui. On est conscients de ça, mais c'est pas un enjeu, l'argent. Jamais, s'engage-t-il. Si quelqu'un est capable de venir prouver à la nation ici que les impacts sont mineurs, que les bélugas, que toute la faune aquatique, que les outardes qu'on mange, qu'on chasse, que les œufs de canards, etc., que tout ça est protégé et qu'il n'y aura jamais une chance sur un million qu'il y ait un déversement ou qu'on se ramasse dans la même situation que dans le golfe du Mexique, si quelqu'un vient confirmer hors de tout doute qu'il n'y aura jamais, jamais, jamais, jamais un risque. S'il y a 1% de chances, on ne le prend pas. C'est 0%. 0% de chances, et on est loin de là!»

Toute entente est invalide

Du côté de Kanehsa:tàke, une communauté mohawk touchée par le projet d'inversion de la ligne 9 d'Enbridge (qui touche également les territoires hurons-wendat en Ontario), c'est la légitimité des conseils de bande qu'on met en doute. «Le Conseil de bande est un régime fantoche*, s'indigne Stuart Myiow Jr, représentant du Clan du Loup au Conseil Traditionnel Kaienkéha:ka (Conseil Traditionnel Mohawk). La Couronne britannique a imposé ce faux gouvernement à l'intérieur de notre peuple, avec la Loi des Indiens

Selon lui, «pour avoir une vraie communication où les vraies choses seront représentées, cela doit se faire sous le Two Row Wampum Treaty, avec les gouvernements traditionnels des Premières Nations. Les chefs traditionnels sont les seuls qui portent les vraies positions des Premières Nations.»

Selon le jeune représentant, c'est la division que la Couronne britannique a apportée dans les communautés, sous le couvert de la démocratie. «Cette "démocratie" crée des minorités qui veulent opprimer d'autres minorités, alors que notre culture est fondée sur le principe du consensus, explique-t-il. Sous le principe du consensus, nos mères sont l'autorité. Les femmes chefs sont l'autorité de notre peuple. Toute représentation de notre peuple sur quelque enjeu que ce soit doit passer par les femmes. Quand vous recherchez une véritable relation diplomatique, c'est à elles qu'il faut s'adresser. Dans la communauté Kaienkéha:ka, il s'agit de la Maison Longue, sous la grande loi de la paix.»

C'est pourquoi M. Myiow affirme que «toute entente conclue entre un conseil de bande et les représentants de TransCanada est illégale. Et même dans les communautés non-autochtones, il y a des processus légaux qu'ils n'ont pas respectés».

* Traduction de l'auteur

1417 mots

Commentaires

MÀJ - Négociations avec les Hurons-Wendat depuis 1 an et demi

31 octobre 2014 - Hier, TransCanada a déposé le projet Énergie-Est à l'Office national de l'énergie du Canada. L'annexe 10 concerne la «Participation des Autochtones». Elle fait état de discussions entre Ishkonigan, et souvent même directement TransCanada, et les Premières Nations du Québec. Nous en avons extrait ici les éléments illustrant le mieux les négociations avec le Conseil de bande Huron-Wendat, qui ont été répertoriées entre le 5 avril 2013 et le 17 avril 2014. Voici des extraits des compte-rendus rencontres du 22 novembre 2013 et du 3 avril 2014.

«-------------------------------

11/22/2013 12:00 AM Rencontre

Durant la rencontre, le Grand Chef Sioui a fait connaître son désir d’assurer l’accès aux occasions d’approvisionnement et d’emplois qui seront créés par la mise en œuvre du Projet Oléoduc Energie Est, aux membres de sa communauté. Le grand chef Sioui a informé M. Polhod que les Hurons-Wendat sont propriétaires d’une entr eprise de construction qui a fait ses preuv es et, qu'ils ont le plus important centre de formation pour les Premières Nations au Canada. Steve Polhod a déclaré que TransCanada Pipeline veut établir et maintenir des relations mutuellement bénéfiques à long terme, avec les Premières Nations. Il a ajouté que TransCanada Pipeli ne veut employer les Premières Nations dans leurs projets qui sont, a-t-il ajouté, des projet s à long terme (50 ans). Bob Goulais a donné un aperçu du mandat d’Ishkonigan et a dit au Grand Chef que Luc et Caroline travailleraient avec sa communauté sur un processus d'évaluation de leurs besoins. Le Grand Chef Sioui mentionne que l'honneur et le respect accompagne (tous) les accords qu'il conclut, aj outant que les Premières Nations ont des droits, mais aussi les responsabilités qui vont avec ces droits.

4/3/2014 10:30 AM Rencontre

L’objet de la rencontre était de poursuivre des discussions sur leur étude sur le savoir traditionnel (EST) et discuter du dével oppement d’une Entente de financement de l’engagement et de la communication (EFEC) dans le cadr e du Projet Oléoduc Énergie Est (le Projet).

Luc Lainé explique que le titre de l’entente de fi nancement proposée par Trans Canada est : Entente de financement sur l’engagement et les communications (EFEC). Cette entente globale définira les activités et les échéanciers relatifs à l’EST et aux activités d’engagement et de communication.

Luc Lainé ajoute que cette entente et s on appui financier s’échelonnera sur deux ans, pour la durée des consultations, la pr oduction et, l’analyse des études d’im pact. Cette période coïncide aussi avec la présumée date où la décision de l’Office de l’énergie sera r endue. Par la suite, si la réponse de l’Office de l’énergie est positive, il y aura la possi bilité d’établir des ententes à plus long terme respectant le niveau d’im pact pour chacune des Premières Nations consultées.

Luc Lainé mentionne que peu de Nations s ont fermées ou non intéressées par le Projet. Il dit que lors des visites de l’équipe Ishkonigan aupr ès des Premières nations, ce s dernières ont exprimé des préoccupations relatives à la protection de l’env ironnement, l’intégrité des infrastructures, les engagements financiers qui seront offerts et, le désire que TransCanada r épondent à leurs questions.

Luc Lainé explique que les montants proposés par TransCanada ont été év alués selon une grille établie et diffèrent pour chaque nation. Il ajoute qu’un m ontant est offert au GCNHW, QC et réitère que TransCanada est ouvert à la possibilité d’exami ner et d’apporter des changements au montant de l’entente, si ces derniers sont bien justifiés

-------------------------------»

Le document, daté de septembre 2014, ne contient aucune information ultérieure à avril 2014 pour la Première Nation Huronne-Wendat.

français comme étant la langue de l'oppresseur?

Je n’ai pas entendu Amir Khadir dénoncer pareille situation ?

Amir Khadir: le Québec pratique l'apartheid contre les premières nations

http://www.youtube.com/watch?v=DJ2APhs2hA0&fb_source=message

L'orateur qui précédait Amir Khadir était Stuart Myow Junior, un warrior mohawk?, ayant fait référence au français comme étant la langue de l'oppresseur.

« Le 15 mai 2011 Amir Khadir participait à un rassemblement pour 'l'intifada' au métro Mont-Royal, où il a notamment accusé le Quebec de pratiquer un régime d'apartheid. L'orateur précédent Stuart Myow Junior, un warrior mohawk, a fait référence au français comme étant la 'langue de l'oppresseur'. Jamais notre bon député n'a jugé bon de se dissocier de ces propos au cœur de son allocution. C'est une honte venant d'un membre de l'Assemblée Nationale. Il devrait se sentir gêné quand il prétend mettre le cap sur la défense de la langue... »

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage.